Bienvenue sur le site FHEDLES

L’association Femmes et Hommes Égalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société (FHEDLES) est née le 6 février 2011. Elle succède aux deux associations sœurs Femmes et Hommes en Église (FHE) et Droits et Libertés dans les Églises (DLE), nées en 1969 et 1987.

Notre objectif est d’ « œuvrer au sein des Églises et de la société, avec la liberté de l’Évangile, à de nouvelles pratiques de justice, de solidarité et de démocratie pour :


  • l’égalité et le partenariat entre femmes et hommes, en refusant toute forme de discrimination liée au sexe.

  • la transformation profonde des mentalités, des comportements, des institutions pour donner réalité aux droits et liberté de toutes et tous.

  • l’émergence de langages et de symboles renouvelés.

  • la promotion de recherches, notamment historique et théologiques, appelées par les trois objectifs énoncés ci-dessus »


dans le respect de la diversité des cultures et des spiritualités. »

Connexion des membres

Perdu ses identifiants?

Enregistrement clos

La création de nouveaux comptes n'est pas possible actuellement, merci de votre compréhension

Appel à communication « Genre et Pentecôtisme » (avant 1er juin 2012)

Groupe Sociétés Religions Laïcités (CNRS, EPHE)

Appel à communication, journée d’étude « Genre et Pentecôtisme »

mardi 20 novembre 2012 – site Pouchet (59-61 rue Pouchet, Paris 17e)

Au sein des protestantismes, les églises et mouvements pentecôtistes se caractérisent par l’insistance accordée aux « dons du saint esprit » (charisma) – parler en langues, mais aussi guérisons et prophéties – et mettent l’accent sur une démarche de « conversion personnelle », sur l’ « expérience émotionnelle » (Willaime, 1999) et la mise en ordre des vies individuelles. Officiellement né au début du XXe siècle aux Etats-Unis, le pentecôtisme s’est rapidement diffusé, porté initialement par les missions nord-américaines, en Afrique subsaharienne, en Amérique latine en Asie et en Europe. Les églises pentecôtistes participent ainsi à la montée des « christianismes du sud » tout autant qu’aux profondes recompositions des paysages religieux des « pays du nord » – tout particulièrement en Europe, présentée comme un « nouveau champ de mission » – sous l’effet des migrations, de l’urbanisation et de la structuration d’églises transnationales (Fancello & Mary, 2010).

Paradoxalement alors que les mouvements et églises pentecôtistes sont très largement féminisés, la participation des femmes à ces courants pentecôtistes – les modalités pratiques de leurs conversions, de leurs engagements religieux et les motivations de ces femmes – n’a pas suscité une attention soutenue en sciences sociales des religions, particulièrement dans la littérature francophone. Si la plus forte pratique religieuse des femmes n’est pas propre aux pentecôtismes et caractérisent de nombreuses confessions et dénominations (Campiche, 1996), en revanche l’engagement de femmes dans des organisations religieuses a priori conservatrices – qui refusent le plus souvent l’accès des femmes au pastorat et prônent une répartition traditionnelle des tâches sexuées – mérite de plus amples recherches empiriques et réflexions théoriques. Différentes études ont montré que les églises pentecôtistes développent des normes de genre complexes basées sur de nouveaux modèles de féminité et de masculinité (Cucchiari, 1990) qui ouvrent de possibles espaces de négociation, notamment en contexte migratoire (Maskens, 2009). Les normes de genre en pentecôtisme s’inscrivent ainsi le plus souvent dans un contexte de pluralisation normative et de mobilité religieuse qui incite les nouveaux convertis, tout en insistant sur la rupture biographique de la conversion, à réinvestir, pour certains, des dispositions pratiques héritées de l’église d’origine (Fer, 2009) ou à se conformer strictement à des normes et codes comportementaux de la société en général dans un souci de respectabilité individuelle. La valorisation des normes de genre traditionnelles tout en permettant à certaines femmes une plus grande capacité d’action et d’autonomie, a également pour conséquence, une « domestication des hommes » (Martin, 2003) en incitant ces derniers à se recentrer sur leurs rôles de mari et père de famille impliqués et en délégitimant des actions qui seraient contraires aux intérêts de leur famille. Les églises pentecôtistes, en insistant sur les « valeurs familiales », offrent ainsi des espaces de négociation, de réappropriation ou de contournement de ces normes religieuses de féminité et de masculinité.

Pour autant l’organisation du pouvoir et la répartition sexuée des responsabilités dans les églises pentecôtistes sont généralement peu favorables aux femmes. Le genre apparaît ici comme « un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes, et le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir » (Scott, 1988). La répartition des responsabilités attribue le plus souvent aux femmes des dons (temporaires) et aux hommes des ministères (institutionnalisés) pour reprendre les termes de Cucchiari (1990). L’analyse de parcours de femmes prophétesses, évangélistes, pasteures ou épouses de pasteurs (Fancello, 2005) et des mouvements de femmes permettra d’approfondir les études relatives aux configurations du pouvoir en pentecôtisme. Il s’agira également de poursuivre, dans une perspective de genre, les réflexions critiques sur les processus de fragilisation ou de confortation de l’ « autorité charismatique » et plus largement sur les circulations individuelles et les modalités d’engagement et de désengagement religieux.

Enfin le dernier axe de réflexion a pour objectif, à la croisée des études de genre, de la sociologie/anthropologie des émotions et des religions, de s’interroger sur les modalités d’expression émotionnelle et d’inviter à un réexamen critique du statut de l’émotion en pentecôtisme (Fer, 2005). Il s’agira notamment de mettre en évidence les dimensions sexuées (mais aussi sociales et culturelles) des modalités d’apprentissage, d’expression et d’encadrement des émotions.

 

Cette journée d’études a pour vocation de réunir des sociologues et anthropologues (doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés) ayant mené des recherches empiriques sur une ou plusieurs églises pentecôtistes.

 

Cinq  axes retiendront tout particulièrement notre attention :

– Les conversions au pentecôtisme, les circulations individuelles et les désengagements religieux au prisme du genre

– Genre, hétérosexualité, construction de la féminité et de la masculinité en pentecôtismes

– Genre et autorité religieuse

– Le genre des émotions

– Genre et migrations en pentecôtismes

 

Les propositions d’une page maximum (ainsi qu’un bref C.V. et l’affiliation institutionnelle) sont à envoyer avant le 1er juin 2012 aux deux adresses suivantes : yannick.fer@gsrl.cnrs.fr et gwendoline.malogne-fer@gsrl.cnrs.fr

Il est attendu des participants qu’ils envoient leur communication aux organisateurs deux semaines avant la date de la journée d’études. Le projet de publication des communications nécessite la présentation de travaux originaux.

 

Références bibliographiques

Campiche R. (1996) « Religion, statut social et identité féminine », Archives de sciences sociales des religions, n°95, pp. 69-94.

Cucchiari, S. (1990) « Between Shame and Sanctification : Patriarchy and Its Transformation in Sicilian Pentecostalism », American Ethnologist vol 17 n°4 : 687-707.

Fancello S. (2005) « Pouvoirs et protection des femmes dans les églises pentecôtistes africaines », Revista de Estudos da Religião (São Paulo), número 3 – Ano 5, pp. 78-98.

Fancello S. et Mary A., (dir) (2010), Chrétiens africains en Europe. Prophétismes, pentecôtismes et politique des nations, Paris, Karthala.

Fer, Y. (2005) Pentecôtisme en Polynésie française, l’évangile relationnel. Genève :Labor et Fides.

Fer, Y. (2009) « Conversions pentecôtistes en Polynésie française : logiques culturelles et déterminants sociaux d’un choix personnel » in Y. Fer et G. Malogne-Fer (dirs) Anthropologie du christianisme en Océanie, pp. 149-168. Paris :L’Harmattan.

Martin, B. (2003) “The Pentecostal Gender Paradox: A Cautionary Tale for the Sociology of Religion” in R. Fenn The Blackwell Companion to Sociology of Religion, pp. 52-66. Oxford :Blackwell.

Maskens, M. (2009) « Identités sexuelles pentecôtistes : féminités et masculinités dans des assemblées bruxelloises », Autrepart (49), pp. 65-82.

Scott J. (1988) « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, n°37-38, pp. 125-153.

Willaime, J.P. (1999) « Le pentecôtisme : contours et paradoxes d’un protestantisme émotionnel » Archives de sciences sociales des religions, n°105, pp. 5-28.

 

Organisateurs

Yannick Fer (CNRS, GSRL) et Gwendoline Malogne-Fer (GSRL)

 

Comité scientifique

Marion Aubrée (EHESS, CRBC-CEIFR)

Marion Maddox (Macquarie University)

Philippe Portier (EPHE, GSRL)

Florence Rochefort (CNRS, GSRL)

Virginie Vaté (CNRS, GSRL)

Partager ce contenu
  • Facebook
  • email
  • Print

- Espace membres - Copyright FHEDLES 2017 - Tous droits réservés - Création Effet i Média
Plan du site      Mentions légales      RSS