Bienvenue sur le site FHEDLES

L’association Femmes et Hommes Égalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société (FHEDLES) est née le 6 février 2011. Elle succède aux deux associations sœurs Femmes et Hommes en Église (FHE) et Droits et Libertés dans les Églises (DLE), nées en 1969 et 1987.

Notre objectif est d’ « œuvrer au sein des Églises et de la société, avec la liberté de l’Évangile, à de nouvelles pratiques de justice, de solidarité et de démocratie pour :


  • l’égalité et le partenariat entre femmes et hommes, en refusant toute forme de discrimination liée au sexe.

  • la transformation profonde des mentalités, des comportements, des institutions pour donner réalité aux droits et liberté de toutes et tous.

  • l’émergence de langages et de symboles renouvelés.

  • la promotion de recherches, notamment historique et théologiques, appelées par les trois objectifs énoncés ci-dessus »


dans le respect de la diversité des cultures et des spiritualités. »

Connexion des membres

Perdu ses identifiants?

Enregistrement clos

La création de nouveaux comptes n'est pas possible actuellement, merci de votre compréhension

Genre et Théologie : Hervé LEGRAND le 26/09 à Papeete

« L’androcentrisme de l’anthropologie chrétienne reçue et les études du genre

Depuis le milieu du XXe s, les Églises chrétiennes d’Occident connaissent de nombreuses tensions autour du statut des femmes en leur sein. Les controverses au sujet de leur ordination comme évêques (chez les anglicans) ou comme prêtres (chez les catholiques) sont un des symptômes enregistrant le recul de l’androcentrisme dans ces sociétés. Il semble du aux progrès de la médecine et du travail salarié dans les sociétés post-industrielles plus qu’à ceux du féminisme.

L’anthropologie chrétienne reçue ne se fonde guère sur l’enseignement de Jésus mais sur des symbolismes androcentriques effectivement bibliques. Dans les reconsidérations qui l’affectent d’aucuns croient pouvoir fonder normativement une telle anthropologie à partir d’une symbolique anhistorique, tandis que d’autres, sans négliger les symboles, les traiteront plus finement en recourant à l’outil heuristiquement fécond offert par les études de genre.

Dans la première ligne, on développera surtout une théologie de la femme comme spéciale, gardant le silence sur la masculinité. Dans la seconde ligne, on privilégiera la commune humanité et dignité des hommes et des femmes et leur vocation à vivre dans l’amour mutuel (agapè). »

Père Hervé LEGRAND

http://www.cathedraledepapeete.com/agenda/i-s-e-p-p/genre-et-theologie-pere-herve-legrand.html

Partager ce contenu
  • Facebook
  • email
  • Print

- Espace membres - Copyright FHEDLES 2017 - Tous droits réservés - Création Effet i Média
Plan du site      Mentions légales      RSS