Bienvenue sur le site FHEDLES

L’association Femmes et Hommes Égalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société (FHEDLES) est née le 6 février 2011. Elle succède aux deux associations sœurs Femmes et Hommes en Église (FHE) et Droits et Libertés dans les Églises (DLE), nées en 1969 et 1987.

Notre objectif est d’ « œuvrer au sein des Églises et de la société, avec la liberté de l’Évangile, à de nouvelles pratiques de justice, de solidarité et de démocratie pour :


  • l’égalité et le partenariat entre femmes et hommes, en refusant toute forme de discrimination liée au sexe.

  • la transformation profonde des mentalités, des comportements, des institutions pour donner réalité aux droits et liberté de toutes et tous.

  • l’émergence de langages et de symboles renouvelés.

  • la promotion de recherches, notamment historique et théologiques, appelées par les trois objectifs énoncés ci-dessus »


dans le respect de la diversité des cultures et des spiritualités. »

Connexion des membres

Perdu ses identifiants?

Enregistrement clos

La création de nouveaux comptes n'est pas possible actuellement, merci de votre compréhension

Identités et pratiques homosexuelles dans le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam contemporains (Paris 10/10/12)

Identités et pratiques homosexuelles dans le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam contemporains

Florence Bergeaud-Blackler, IREMAM ;
Martine Gross, CNRS

2e lundi du mois de 13 h à 15 h (105 bd Raspail 75006 Paris), du 10 octobre 2011 au 11 juin 2012

10 octobre, salle 2

La séance inaugurale du 10 octobre sera consacrée  à la présentation générale du séminaire et de ses invités. Florence Bergeaud-Blackler évoquera le contexte socio-politique de l’émergence d’associations homosexuelles confessionnelles dans les trois religions du Livre et posera, à partir de ses réflexions sur les mouvements Gay Muslims,  quelques hypothèses de travail qui serviront de fil conducteur aux séances mensuelles.

Martine Gross présentera une  analyse des discours tenus en France par des rabbins des différents courants du judaïsme à propos de l’homosexualité, du PaCS, des bénédictions d’union de couples de même sexe, de l’ordination de rabbins homosexuels, de la judéité d’un enfant élevé dans une famille homoparentale et de la possibilité de célébrer une cérémonie religieuse pour un tel enfant. Cette analyse des discours permet de décrire les niveaux de tensions public / privé et de repérer la logique des contradictions vécues d’un côté par les individus attachés à leurs identités juive et homosexuelle ; de l’autre par les rabbins pris entre la fidélité aux textes et les représentations modernes de l’homosexualité.

**

Séances ultérieures :

  • 14 novembre 2011 = salle 3
  • 12 décembre 2011 = salle 3
  • 9 janvier 2012 = salle 3
  • 13 février 2012 = salle 4
  • 12 mars 2012 = salle 2
  • 14 mai 2012 = salle 2
  • 11 juin 2012 = salle 2

Bien que les religions n’aient pas énoncé autre chose que des interdits portant sur des pratiques sexuelles, la prohibition religieuse de l’homosexualité semble être considérée aujourd’hui comme la principale source morale de l’interdit qui pèse sur les identités et orientations sexuelles non hétéro-normées. Les courants majoritaires des religions scripturaires en particulier, représenteraient les derniers bastions conservateurs de l’hétéronorme dominante en condamnant, voire en punissant, toute identité ou orientation sexuelle transgressive.

Derrière l’apparent conservatisme monolithique des religions, se dessinent en réalité des lignes de fractures importantes. En Europe notamment, le judaïsme, le christianisme et l’islam sont profondément ébranlés par l’« inversion de la question homosexuelle », c’est-à-dire la mise en question de l’hétérosexualité comme norme évidente, naturelle. Les questions publiques posées par l’homosexualité entrainent des débats internes qui ébranlent les institutions et rites traditionnels sur lesquelles reposent leur influence (rites de baptême (transmission), de mariage (alliance) ou de deuil (eschatologie). Ces questions affectent également leurs organisations et modes de gouvernance internes, leur capacité à représenter ou à médiatiser l’ordre moral dont elles tirent leur légitimité, ou encore les interprétations et modes d’interprétation des récits fondateurs. Cet ébranlement est le signe d’une transformation dans l’appréhension et l’appréciation du fait (homo)sexuel par les religions.

Ce séminaire vise à comprendre et analyser les ressorts et les conséquences sur le champ religieux de cette transformation du fait homosexuel dans nos sociétés modernes. Dans une perspective descriptive, analytique et comparative, interdisciplinaire, nous étudierons l’impact sur les différents courants des trois religions monothéistes de la politisation de la sexualité en nous intéressant tout particulièrement aux courants LGBT confessionnels, à leur insertion dans les champs religieux et politiques à l’intersection desquelles elles se situent.

Partager ce contenu
  • Facebook
  • email
  • Print
(Vu 81 fois, 5 visites aujourd'hui)

- Espace membres - Copyright FHEDLES 2017 - Tous droits réservés - Création Effet i Média
Plan du site      Mentions légales      RSS