Bienvenue sur le site FHEDLES

L’association Femmes et Hommes Égalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société (FHEDLES) est née le 6 février 2011. Elle succède aux deux associations sœurs Femmes et Hommes en Église (FHE) et Droits et Libertés dans les Églises (DLE), nées en 1969 et 1987.

Notre objectif est d’ « œuvrer au sein des Églises et de la société, avec la liberté de l’Évangile, à de nouvelles pratiques de justice, de solidarité et de démocratie pour :


  • l’égalité et le partenariat entre femmes et hommes, en refusant toute forme de discrimination liée au sexe.

  • la transformation profonde des mentalités, des comportements, des institutions pour donner réalité aux droits et liberté de toutes et tous.

  • l’émergence de langages et de symboles renouvelés.

  • la promotion de recherches, notamment historique et théologiques, appelées par les trois objectifs énoncés ci-dessus »


dans le respect de la diversité des cultures et des spiritualités. »

Connexion des membres

Perdu ses identifiants?

Enregistrement clos

La création de nouveaux comptes n'est pas possible actuellement, merci de votre compréhension

Publication : « Sur les chemins de la non violence » (Bernard Quelquejeu)

Sur les chemins de la non violence.

Études de philosophie morale et politique.

(Vrin, coll. « Pour Demain », 2010)

Par Bernard Quelquejeu

 

Pressentie en Russie par Tolstoï, forgée en Inde en Inde par Gandhi puis en Amérique du Nord par Martin Luther King, la non-violence, comme logique de luttes contre l’injustice et la domination, a essaimé au XX° siècle un peu partout dans le monde. Pourquoi demeure-t-elle si peu connue et si peu pratiquée en France, alors qu’elle est la seule forme de luttes qui cherche à conjoindre l’aspiration morale avec l’efficacité à long terme ?

Sans doute n’a-t-on pas assez éclairé les liens intimes unissant la non-violence avec les grands thèmes de notre tradition occidentale : le langage, le travail, la famille, le lien social, le pouvoir, la dignité humaine, la reconnaissance mutuelle. Les études ici retenues, diverses par leur occasion mais convergentes au long d’une interrogation obstinée, cheminent en conversant avec plusieurs des philosophes de l’action, – les plus classiques, Aristote, Machiavel, Hobbes, Kant, Hegel, Weber,… comme nos contemporains, H. Arendt, G. H. Mead, E. Weil, H. Jonas, E. Levinas, J. Rawls, A. Honneth, P. Ricœur,…

Attachés à la clarté de l’exposition autant qu’à la rigueur de la pensée, ces parcours éclairent l’un de ces paradoxes qui font l’être humain : il est le seul être capable de violence, et pourtant la violence est totalement indigne de lui.

 

Extraits  de  comptes-rendus  récents

Joël Roman, (du comité directeur de la revue Esprit) : « … cet ouvrage procède à un parcours rigoureux des fondements éthiques de la non-violence, tant par l’examen des concepts que par celui des œuvres de référence »

Jean-Marie-Muller : «… une contribution majeure à l’édification d’une culture de la non-violence » (Alternatives Non-violentes, juin 2011)

Christian Mellon : «… un ouvrage décidément très novateur. L’auteur s’inscrit dans une tradition qui voit dan la non-violence davantage une stratégie de lutte contre la domination et l’injustice que l’utopie d’un monde réconcilié » (Projet n°323)

Guillaume Gamblin : «…un livre qui, pour la première fois, introduit la question de la non-violence au cœur du débat universitaire » (revue Silence, mars 2011)

Philippe Lazar (directeur de la revue Diasporiques) : «…le magnifique chapitre sur la reconnaissance mutuelle qui conclut le livre, me semble merveilleusement éclairant »

Jean-Pierre Pierron : «…Un chapitre magistral clôt l’ouvrage en posant les pierres d’une philosophie de la non-violence. Il montre comment la pratique de la non-violence est à la fois une école de lucidité et une lutte pour la reconnaissance mutuelle » (Les Études, mars 2011)

Jean Lavergnat : «…l’ouvrage construit un horizon théorique à la non-violence en la liant au concept de reconnaissance mutuelle » (revue Jonas, juin 2011)

Paul Blanquart : «…on lira avec grand profit les remarquables pages sur les rapports de la non-violence avec la(les)  religion(s) » (La lettre de Saint-Jacques, février 2011)

 

Téléchargez cette présentation ici en pièce jointe .

Partager ce contenu
  • Facebook
  • email
  • Print

- Espace membres - Copyright FHEDLES 2017 - Tous droits réservés - Création Effet i Média
Plan du site      Mentions légales      RSS