L’Église ignore toujours les femmes

FHEDLES a pris connaissance avec intérêt des conclusions du Synode d’Amazonie qui s’est achevé à Rome le 27 octobre dernier. Ces conclusions soulèvent un espoir certain, néanmoins FHEDLES est aussi obligée de dire combien elles laissent dans l’ombre des problèmes majeurs qui ne sont pas sans lien avec la crise que traverse actuellement l’Eglise et que FHEDLES a soulevés depuis des années, en particulier l’égalité réelle des femmes et des hommes dans l’Eglise et l’ordination des femmes. FHEDLES déplore ainsi que les femmes aient été écartées des votes finaux et félicite les présentes, notamment les religieuses, de s’être élevées contre cette exclusion.

FHEDLES salue ce premier pas et ce commencement de prise en compte des réalités mais considère qu’il ne s’agit justement que d’un premier et modeste pas qui risque de se payer, si l’on n’y prend garde, par le renforcement de la sacralité du masculin et de la non prise en compte des femmes. 

FHEDLES préconise un renouvellement des ministères ouverts aux femmes comme aux hommes. En n’ouvrant le sacerdoce qu’aux seuls diacres permanents, alors qu’on aurait pu l’ouvrir aux responsables des communautés, parmi lesquels il y a des femmes, on ne sort pas encore du cléricalisme et l’Église ignore toujours les femmes.

Le CA de FHEDLES – 2 novembre 2019