Bienvenue sur le site FHEDLES

L’association Femmes et Hommes Égalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société (FHEDLES) est née le 6 février 2011. Elle succède aux deux associations sœurs Femmes et Hommes en Église (FHE) et Droits et Libertés dans les Églises (DLE), nées en 1969 et 1987.

Notre objectif est d’ « œuvrer au sein des Églises et de la société, avec la liberté de l’Évangile, à de nouvelles pratiques de justice, de solidarité et de démocratie pour :


  • l’égalité et le partenariat entre femmes et hommes, en refusant toute forme de discrimination liée au sexe.

  • la transformation profonde des mentalités, des comportements, des institutions pour donner réalité aux droits et liberté de toutes et tous.

  • l’émergence de langages et de symboles renouvelés.

  • la promotion de recherches, notamment historique et théologiques, appelées par les trois objectifs énoncés ci-dessus »


dans le respect de la diversité des cultures et des spiritualités. »

Connexion des membres

Perdu ses identifiants?

Enregistrement clos

La création de nouveaux comptes n'est pas possible actuellement, merci de votre compréhension

A lire : « Être homo en France » & « Le féminin dans la littérature jeunesse »

Être homo aujourd’hui en France

Non, ce n’est pas un choix par facilité d’être homo, gay, lesbienne ou trans, et pas plus aujourd’hui qu’hier. Le regard de la société sur eux – moqueries, injures, insultes, violences- pèse sur le doute et la dépréciation qu’ils portent sur eux-mêmes avant de s’accepter, se choisir, se gérer. Airs bravaches, provocations ? Un exutoire souvent… Leur coming out, une affirmation définitive après un parcours difficile ? Pas si simple, car les dévoilements -les aveux- restent des risques permanents et sélectifs : choisir à qui vouloir et pouvoir le dire en en mesurant les conséquences…..

Un excellent petit recueil de témoignages et analyses vient de paraître, fait de 30 ans d’expériences dans les lieux « Refuge » ouverts à des jeunes en recherche, en difficultés, souffrance, et parfois victimes de rejet familial. C’est une étape seulement mais qui leur permet de se trouver, se construire et s’inscrire avec son identité propre dans la famille et la société.

Une lecture qui ne verse pas dans les sciences d’interprétation et qui aidera, non seulement les parents mais nous tous.

Michel Dirais, Isabelle Chollet, H&O ESSAI, 2012, 10 euros.

M-Th L C

***

Filles, Femmes, Une réflexion sur la représentation du genre féminin dans la littérature jeunesse d’aujourd’hui.

Ce petit livret de 52 pages est le travail collectif de six femmes bibliothécaires du Réseau des bibliothèques de Lot-et-Garonne. Vous pouvez le télécharger en ligne. Son inspiration et son exemple sont à suivre : il offre une réflexion bien informée sur les rôles, préjugés et tabous dans l’éducation et s’arc-boute sur un précieux index de 112 titres analysés : critères et commentaires tout bons !

Si 8000 titres voient le jour chaque année pour la jeunesse (66% vendus par internet et par supermarchés) on peut s’inquiéter : la majorité véhicule encore une idéologie conformiste voire sexiste… Les héroïnes qui ont fait l’histoire avec les hommes ont été oubliées, les princesses et les fées dont les paillettes et privilèges inaccessible font inutilement rêver ont toujours là…De même que les garçons bagarreurs, la maman et son sempiternel tablier –« Vite, vite, chère Marie ! » – ainsi que le journal et les lunettes qui attendent Papa….

Heureusement certains auteurs réagissent avec force et talent, depuis « Papa femme de ménage », « Ma mère est maire », « Les douze manteaux de maman » jusqu’au « garçon qui aimait les bébés » et « Julie qui avait une ombre de garçon » à force de s’entendre dire qu’elle n’était qu’un garçon manqué !

Sait-on que Tomi Ungerer disait : « Si j’ai écrit des livres d’enfants, c’était d’une part pour amuser l’enfant que je suis et d’autre part pour choquer, dynamiter les tabous, mettre les normes à l’envers » ?

Les six bibliothécaires de bon conseil ont bien lu et connaissent la situation actuelle et les analyses sociales. Leur petit opuscule cite peu mais bien. Il a aussi le mérite de renvoyer à des travaux plus importants (1).

M-Th L C

(1) : par ex., « Le sexisme dans les livres d’enfants »-Femmes-Info n°91, automne 2000, recherche sur 537 albums illustrés, dans le but d’inciter les médiateurs du livre à transmettre une littérature de qualité pour « un monde mixte et paritaire où filles et garçons, hommes et femmes cohabitent, communiquent et échangent »

 

 

Partager ce contenu
  • Facebook
  • email
  • Print

- Espace membres - Copyright FHEDLES 2017 - Tous droits réservés - Création Effet i Média
Plan du site      Mentions légales      RSS