Bienvenue sur le site FHEDLES

L’association Femmes et Hommes Égalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société (FHEDLES) est née le 6 février 2011. Elle succède aux deux associations sœurs Femmes et Hommes en Église (FHE) et Droits et Libertés dans les Églises (DLE), nées en 1969 et 1987.

Notre objectif est d’ « œuvrer au sein des Églises et de la société, avec la liberté de l’Évangile, à de nouvelles pratiques de justice, de solidarité et de démocratie pour :


  • l’égalité et le partenariat entre femmes et hommes, en refusant toute forme de discrimination liée au sexe.

  • la transformation profonde des mentalités, des comportements, des institutions pour donner réalité aux droits et liberté de toutes et tous.

  • l’émergence de langages et de symboles renouvelés.

  • la promotion de recherches, notamment historique et théologiques, appelées par les trois objectifs énoncés ci-dessus »


dans le respect de la diversité des cultures et des spiritualités. »

Connexion des membres

Perdu ses identifiants?

Enregistrement clos

La création de nouveaux comptes n'est pas possible actuellement, merci de votre compréhension

Complémentarité ? Réflexions sur le texte du Grand Rabbin Bernheim (Loïc de Kerimel)

Nous publions un remarquable texte de fond qui interprète autrement les passages de la Genèse mobilisés par le Grand Rabbin dans son argumentaire cité en exemple par de nombreux Catholiques dont Benoit XVI : Mariage homosexuel, homoparentalité et adoption : ce que l’on oublie souvent de dire, 2012. Voici un extrait des réflexions de Loïc de Kerimel sur le thème de la « complémentarité de l’homme et de la femme ».

Gilles Bernheim – p. 5 : « Ma vision du monde est guidée par la Bible et par les commentaires rabbiniques – ce qui ne surprendra personne. Concernant les sujets-clés de la sexualité et de la filiation, elle est fondée sur la complémentarité de l’homme et de la femme. Dans cet essai, je me suis référé exclusivement au livre de la Genèse… »

C’est le mot de « complémentarité » qui me fait réagir d’abord. Ce terme est-il vraiment approprié ? Sont complémentaires des choses qui doivent s’ajouter les unes aux autres pour former quelque chose de complet, le tout dont elles ne sont alors que les parties ou les éléments. L’homme et la femme sont-ils complémentaires et, s’ils le sont, sur quel registre le sont-ils ? Qu’il faille, biologiquement, le rapprochement des deux sexes, plus précisément des deux gamètes pour la reproduction de l’espèce, c’est bien clair. Mais je ne suis pas du tout certain que Gilles Bernheim veuille donner la priorité à ce registre (et donc encore moins au registre anatomique de « l’emboîtement » des deux sexes). Qu’ils soient complémentaires en humanité, dans la mesure où des hommes/des femmes qui voudraient ne connaître que des hommes/des femmes, voire même s’emploieraient à bâtir un monde dans lequel il n’y aurait que des hommes/des femmes, manqueraient évidemment quelque chose et mutileraient profondément leur propre humanité, c’est bien clair aussi – et pas seulement parce qu’ils ne pourraient tout simplement pas « donner la vie ». Mais «  complémentarité » est-il le mot juste sur ce registre ? En milieu « mixte », c’est-à-dire dans l’ordinaire des jours, quand hommes et femmes coexistent, sont réunis ou simplement en relation les uns/les unes avec les autres, forment-ils un tout complet ? Cela n’a pas de sens. On nous a suffisamment parlé et convaincu de la transcendance de l’autre, de sa dimension d’inappropriable, de l’infini que signifie son « visage » et sa personne, pour que nous ne jugions pas très pauvre, voire même suspecte, l’idée que pour moi homme/femme la femme/l’homme est un « complémentaire » – l’idée d’une « totalisation » possible et suffisante (cf. Levinas, Totalité et infini). Et je ne parle pas de tout ce que l’adjectif a pu recouvrir en matière et en manières de hiérarchisation et de différenciation des deux sexes.

Télécharger le texte complet

Ancien professeur de philosophie, père et grand-père, 65 ans, Loïc de Kerimel est membre de l’association « Chrétiens en marche 72 ». Il est en outre secrétaire du groupe local de l’Amitié judéo-chrétienne. Son texte a été envoyé au préalable au Grand Rabbin ainsi qu’à Florence Taubmann, présidente de l’AJCF.

++ Voir aussi le texte du rabbin Yeshaya Dalsace : La loi sur le mariage homosexuel et le judaïsme. Une réponse à la position du grand rabbin de France

Partager ce contenu
  • Facebook
  • email
  • Print

- Espace membres - Copyright FHEDLES 2017 - Tous droits réservés - Création Effet i Média
Plan du site      Mentions légales      RSS