Bienvenue sur le site FHEDLES

L’association Femmes et Hommes Égalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société (FHEDLES) est née le 6 février 2011. Elle succède aux deux associations sœurs Femmes et Hommes en Église (FHE) et Droits et Libertés dans les Églises (DLE), nées en 1969 et 1987.

Notre objectif est d’ « œuvrer au sein des Églises et de la société, avec la liberté de l’Évangile, à de nouvelles pratiques de justice, de solidarité et de démocratie pour :


  • l’égalité et le partenariat entre femmes et hommes, en refusant toute forme de discrimination liée au sexe.

  • la transformation profonde des mentalités, des comportements, des institutions pour donner réalité aux droits et liberté de toutes et tous.

  • l’émergence de langages et de symboles renouvelés.

  • la promotion de recherches, notamment historique et théologiques, appelées par les trois objectifs énoncés ci-dessus »


dans le respect de la diversité des cultures et des spiritualités. »

Connexion des membres

Perdu ses identifiants?

Enregistrement clos

La création de nouveaux comptes n'est pas possible actuellement, merci de votre compréhension

Le blasphème n’est pas un délit (OCL)

L’Observatoire Chrétien de la Laïcité, dont FHEDLES fait partie, publie ce communiqué à l’occasion des violences récentes de la part d’intégristes religieux.

« Comme beaucoup de nos concitoyens s’exprimant collectivement ou individuellement nous condamnons les comportements violents d’intégristes religieux qui estiment « défendre » une religion en dénonçant un prétendu blasphème. L’Observatoire Chrétien de la Laïcité souligne que dans une société démocratique qui respecte la liberté de pensée le blasphème en tant que tel n’est pas un délit. En accuser quelqu’un n’a de sens que du point de vue de certaines croyances : il ne saurait concerner qui ne partage pas ces croyances. Dès 2003, on pouvait lire dans notre Manifeste : « La République garantit le droit de critiquer publiquement religions et pensées philosophiques, jusqu’à l’ironie ou la comédie, dans les limites de la loi : aucune conviction organisée ne doit à ce sujet revendiquer un caractère intouchable ou sacré. »

Les « intégristes » quels que soient leurs références religieuses ne sont pas les porte-parole de la communauté à laquelle ils disent appartenir. Dans le cas présent, ils en donnent même une image déformée, voire odieuse, contraire au désir du respect du bien commun et de sa « vitalité » manifestée par la création artistique par exemple. Si on est citoyen avant d’être croyant il faut rappeler que démocratie et liberté d’expression ou de création sont intimement liés.

Bien entendu la violence est condamnable. Tout citoyen a le droit de s’exprimer et aucun n’a le droit d’empêcher l’autre de le faire. La laïcité qui refuse tout lobby ( et en particulier celui de la peur) demeure le meilleur rempart pour défendre la liberté d’expression contre les tentations de pratiques totalitaires. »

Le vendredi 4 novembre 2011

Observatoire Chrétien de la laïcité

Fédération des Réseaux du Parvis

Temps Présent, 68 rue de Babylone, 75007 PARIS

 

Secrétaire de l’OCL : jean.riedinger@club-internet.fr

 

Partager ce contenu
  • Facebook
  • email
  • Print

- Espace membres - Copyright FHEDLES 2017 - Tous droits réservés - Création Effet i Média
Plan du site      Mentions légales      RSS