Bienvenue sur le site FHEDLES

L’association Femmes et Hommes Égalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société (FHEDLES) est née le 6 février 2011. Elle succède aux deux associations sœurs Femmes et Hommes en Église (FHE) et Droits et Libertés dans les Églises (DLE), nées en 1969 et 1987.

Notre objectif est d’ « œuvrer au sein des Églises et de la société, avec la liberté de l’Évangile, à de nouvelles pratiques de justice, de solidarité et de démocratie pour :


  • l’égalité et le partenariat entre femmes et hommes, en refusant toute forme de discrimination liée au sexe.

  • la transformation profonde des mentalités, des comportements, des institutions pour donner réalité aux droits et liberté de toutes et tous.

  • l’émergence de langages et de symboles renouvelés.

  • la promotion de recherches, notamment historique et théologiques, appelées par les trois objectifs énoncés ci-dessus »


dans le respect de la diversité des cultures et des spiritualités. »

Connexion des membres

Perdu ses identifiants?

Enregistrement clos

La création de nouveaux comptes n'est pas possible actuellement, merci de votre compréhension

Notre publication : « Le Genre dans tous ses états » (FHEDLES)

Mauvais genre ? Malgré la grande diversité et le sérieux des études sociologiques et historiques sur le genre, cet outil conceptuel est souvent caricaturé, présenté comme une théorie univoque et désigné à l’opprobre : « Les Chrétiens doivent dire non à la théorie du genre » (Benoit XVI, 19/01/2013).

Faut-il donc avoir peur du genre ? L’association FHEDLES pour l’égalité femmes/hommes, et le mouvement homosexuel David et Jonathan ont pour leur part décidé d’interroger les identités et les rapports sociaux dans les Églises, pour sortir de l’évidence d’une « nature éternelle » qui fige les arrangements humains et tait les oppressions.

En publiant des points de vue divers, nous contribuons à la réflexion sur des questions complexes à peine ouvertes et trop vite refermée par les autorités ecclésiales.

Commandez le hors-série de la revue Parvis intitulé « Le Genre dans tous ses états » au prix de 6,50€ (frais de port offerts).

Merci de libeller votre chèque à l’ordre de « FHEDLES » et de l’adresser à : FHEDLES , 68 rue de Babylone, 75007 Paris.

**

Au sommaire :

Le genre, définitions et approches

  • Pour une approche chrétienne du genre – Anthony Favier
  • Question de genre, le ridicule nous tuera – Christine Pedotti
  • L’Humain, de sexe et de genre, de genre et de sexe – Marie-Thérèse van Lunen-Chenu
  • Le regard de la biologie – Béatrice Cavallié
  • Les préjugés les plus fréquents sur l’homosexualité – Rapport Gross

Le genre à la lumière de la Bible

  • Les créa-t-il vraiment homme et femme ? – Jacques T.
  • Pourquoi les civilisations bibliques condamnent-elles l’homosexualité ? – Gonzague JD
  • Le cardinal et l’anthropologue – Marie Bougnet

 

Aux frontières du genre

  • « Aujourd’hui, je suis une femme » – Anne-Gaëlle
  • « Foi et transidentité, chemin vers la vie » – Guil Az
  • « Ma foi et ma bisexualité »
  • Vivre c’est devenir – Alice Gombault
  • Jésus queer ? – Stéphane Lavignotte

Télécharger la présentation

Échos dans les médias

« L’ensemble du dossier entend donc casser un certain nombre de préjugés autour de cette notion de genre qui fait tant parler d’elle. Elle est surtout une invitation pour les chrétiens à entrer dans une meilleure compréhension des « études de genre », ne serait-ce que pour ne pas s’en tenir à une critique en surface. » (Aymeric Christensen, « Le genre : menace réelle ou ennemi imaginaire ? », lavie.fr, 17/05/2013)

« Vous êtes chrétien ? Vous vous intéressez aux questions de genre ? Vous n’avez pas lu ça ? Vous avez tort ! » (Baroque et fatigué, « Wikipedia, mariage pour tous et Jésus (parce qu’on y revient toujours) », blog Baroque et fatigué, 21/05/2013).

« Les antigenre « se sont construit un ennemi imaginaire pour pouvoir combattre en toute bonne conscience l’égalité homme-femme », assure le coprésident de l’association féministe catholique FHEDLES. » (Lucie Soullier, « Catholiques et progressistes, ils défendent le genre », Le Monde.fr, 25/05/2013)

« La notion de genre est devenue la bête noire de la hiérarchie catholique et d’une partie des fidèles.Pourquoi tant de peur ? Pourquoi tant de haine ? […] Pour ouvrir le débat, je propose le coup de colère (que je partage) de Christine Pedotti, et que l’on peut lire dans ce même hors-série. […] De quoi s’agit-il ? D’abord de caricaturer les études de genre en les résumant d’une phrase : « la théorie du genre soutient que l’on peut choisir son sexe ». Ce qui est faux, mais pourquoi se donner la peine d’être subtil et nuancé ? » (François Vercelletto, « Pourquoi avoir peur des études de genre ? », États d’âme (blog de la rédaction de Ouest France), 29 avril 2013.

« Signalons ici la parution du hors-série de la revue Parvis « Le genre dans tous ses états » par l’association Femmes et hommes, égalité, droits et libertés dans les églises et la société (FHEDLES) et le mouvement homosexuel David et Jonathan. Ces deux collectifs luttant pour l’égalité ont décidé, en plein débat sur le mariage pour tous, « de se saisir de l’outil conceptuel du genre pour interroger les identités et les rapports sociaux dans les Églises ». (Ministère des droits des femmes. Synthèse de l’actualité, 6 mai 2013)

« Tous les catholiques ne sont pas opposés aux études sur le genre. C’est notamment le cas d’Anthony Favier qui publie sur le site de l’association Femmes et Hommes, Égalité, Droits et Libertés dans les Églises (FHEDLES) : « Pour une approche chrétienne du genre ». Selon lui on peut refuser les études sur le genre « ou bien les voir comme une chance pour penser une pratique de l’Évangile à notre époque ». D’après ce dernier, les caricatures que font les détracteurs du genre sont simplistes, car « la variété sociale des configurations entre rôle social et sexe est immense. Elle échappe à tout schéma binaire ». (Charles des Portes, « Non, la « théorie du genre » n’existe pas », Marianne.fr, 31 Juillet 2013.)

« Anthony Favier : Les catholiques tendent à défendre le caractère naturel des rapports sociaux, car, pour eux, l’idée de nature est encore un principe structurant. Pourtant, parmi les chrétiens, ils sont loin d’avoir le rapport au genre le plus naturaliste qui soit. Les hommes qui deviennent prêtres n’accomplissent pas leur vocation biologique à être pères ; et la chasteté et la continence ont toujours été valorisées, parfois plus que le mariage. Les catholiques croient en la supériorité de la grâce, puissance transformante de Dieu, sur la nature et que tout n’est pas donné au départ (l’homme a une histoire avec Dieu). » (Joséphine Bataille, « Faut-il avoir peur de la théorie du genre ? », lavie.fr, 20/09/2013)

Partager ce contenu
  • Facebook
  • email
  • Print
(Vu 829 fois, 22 visites aujourd'hui)

- Espace membres - Copyright FHEDLES 2017 - Tous droits réservés - Création Effet i Média
Plan du site      Mentions légales      RSS