Bienvenue sur le site FHEDLES

L’association Femmes et Hommes Égalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société (FHEDLES) est née le 6 février 2011. Elle succède aux deux associations sœurs Femmes et Hommes en Église (FHE) et Droits et Libertés dans les Églises (DLE), nées en 1969 et 1987.

Notre objectif est d’ « œuvrer au sein des Églises et de la société, avec la liberté de l’Évangile, à de nouvelles pratiques de justice, de solidarité et de démocratie pour :


  • l’égalité et le partenariat entre femmes et hommes, en refusant toute forme de discrimination liée au sexe.

  • la transformation profonde des mentalités, des comportements, des institutions pour donner réalité aux droits et liberté de toutes et tous.

  • l’émergence de langages et de symboles renouvelés.

  • la promotion de recherches, notamment historique et théologiques, appelées par les trois objectifs énoncés ci-dessus »


dans le respect de la diversité des cultures et des spiritualités. »

Connexion des membres

Perdu ses identifiants?

Enregistrement clos

La création de nouveaux comptes n'est pas possible actuellement, merci de votre compréhension

Ordination épiscopale d’une femme catholique du Canada (MT van Lunen Chenu)

Elles ont préféré garder à la cérémonie un caractère privé ; le communiqué de presse l’a donc suivie. Marie Bouclin est théologienne, prêtre ordonnée en 2007, mère de trois enfants. La liturgie fut simple, priante, joyeuse, son mari la présentant comme candidate à l’ordination, ses enfants participant aux lectures.

On lira ci-après le communiqué de presse transmis par Marie Bouclin et le message personnel que lui a adressé M.T. van Lunen Chenu au nom des membres de FHEDLES qui soutiennent le mouvement pour l’ordination des femmes, sans cacher les réticences que celui-ci soulève pour d’autres.

 

Communiqué de presse transmis par Marie Bouclin

« Marie Evans Bouclin, de Sudbury, a été ordonnée évêque au sein de la communauté des Femmes Prêtres Catholiques romaines (FPCR) en Allemagne le 9 octobre dernier. La cérémonie a été présidée par Patricia Fresen, assistée des femmes évêques Ida Raming et Gisela Forster. Ces dernières comptent parmi les premières femmes ordonnées sur le Danube en 2002. Trois évêques américaines et plusieurs femmes prêtres du Canada et des États-Unis ont aussi assisté à l’événement ainsi que l’administratrice régionale pour l’est du Canada, Danielle Whissell, quelques amies et les membres de sa famille.

«Je voulais retourner au berceau de notre mouvement, en Allemagne, et être ordonnée par les ouvrières de la première heure, explique Marie Bouclin. Ensuite, avec mon mari, je suis allée faire un pèlerinage dans l’Europe de l’est. C’est dans les pays derrière le «rideau de fer» que les premières femmes de l’époque moderne ont été ordonnées prêtres. Il est important de savoir que le pape Jean-Paul II a secrètement ordonné un évêque à qui il a donné l’autorisation d’ordonner des hommes mariés et des femmes afin d’assurer la survie de l’Église dans les pays communistes. Plus tard, on a demandé à ces personnes, qui avaient risqué leur emploi et parfois même leur vie, de renoncer à leur sacerdoce. Une femme, Ludmila Yavarova, de la république Tchèque a raconté les circonstances entourant son ordination aux mains de Mgr Felix Davidek en 1971. Elle vit toujours. Alors, en un sens, l’ordination des femmes, même si elle fait l’objet d’importantes sanctions de la part de la hiérarchie catholique, n’est pas un phénomène récent. Il date des années 1970.»

Le mouvement en faveur de l’ordination des femmes dans l’Église catholique prend de l’ampleur. «Depuis 2002, nous sommes passées de sept femmes prêtres à une centaine de femmes diacres, prêtres et évêques. Ici, au Canada, nous sommes sept prêtres et trois diacres. Nous avons des collègues en Allemagne, en Autriche, en France, en Suède, en Écosse, aux États-Unis et en Amérique Latine. Comme l’intérêt continue à augmenter ici au Canada, nous avons décidé qu’il était temps d’élire une évêque pour le Canada.» Outre son rôle d’ordonner les femmes qualifiées à l’ordination sacerdotale, les femmes évêques sont appelées à assurer un leadership spirituel et sacramentel au sein de la communauté FPCR et à maintenir l’unité parmi ses membres. Elles n’ont donc pas de diocèse comme tel, mais partagent avec une administratrice et une responsable de la formation, la gouvernance de la communauté régionale. »

Marie Bouclin présidera à une première ordination sacerdotale, celle de Roberta Fuller, diacre, au début de décembre. Cette dernière est membre de la communauté Christ the Servant de Cobourg, Ontario, où madame Bouclin a oeuvré comme pasteure pendant deux ans.

(Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Danielle Whissell dwhissell@yahoo.com) Site de WOW : http/www.womensordinationworldwide.org/wowlogo.gif

 

Message personnel de M-T van Lunen Chenu à Marie Bouclin

 

Chère Marie, et chère toutes,

Louanges, grâce, félicitations et encouragements !

Vous avez choisi la voie courageuse. Téméraire peut-être. Il en faut puisque les femmes prêtres – et celles qui s’y préparent- sont partie prenante de l’église catholique d’aujourd’hui, comme nos sœurs le prouvent déjà dans d’autres traditions chrétiennes.

Le fait que vous ne soyez pas reconnues « officiellement » est triste, défigurant l’Eglise du Christ mais il appartient déjà au passé… et est moins important que la qualité de votre ministère dans ses deux dimensions inséparables : personnelle et communautaire. Je tiens à saluer aujourd’hui avec reconnaissance les communautés chrétiennes et les personnes qui savent vous reconnaître et encourager, espérer et « se fatiguer » avec vous dans le Christ Seigneur.

Vous, et nous qui vous soutenons, nous ne sommes pas contre l’Eglise de Rome ! Ou bien, alors, nous sommes tout contre, la déplaçant jusqu’à nous qui sommes la famille de Dieu/e : femmes, hommes, enfants, toute personne créée pour le plein amour et l’entière dignité.

Donc pas d’amertume à cause des incompréhensions, soupçons, jugements hâtifs de celles et ceux qui ne vous connaissent pas encore ou bien se croient les vrais membres et les seuls pasteurs, déconsidérant les autres.

Pas de cléricalisme non plus ! Méfiez-vous en, c’est une maladie contagieuse qui s’attrape vite : seul le souci, l’écoute, le jugement et la responsabilité travaillés collectivement et quotidiennement vous en garderont.

Pas de triomphalisme ni d’intolérance ! L’Eglise du Christ est plurielle en ses voies, ses efforts, ses attachements, ses cultures, ses traditions et ses engagements….Elle est de plusieurs histoires et plusieurs temps qui cohabitent.

Ni aigreur, ni précipitation ! Mais la bienveillance, les convictions tranquilles, les chemins imprévus, les inventions de l’amour et de la raison, la créativité de nos sœurs aînées de la Bible et des nombreuses pionnières qui nous ont légué leur courage, leur foi et leur espérance.

Grâce vous soit rendue mes sœurs qui revêtez avec le titre d’évêques la charge d’animer et de guider notre responsabilité communautaire.

Louanges et action de grâce à cause de vous. Bravo. Merci.

Marie-Thérèse van Lunen Chenu

Partager ce contenu
  • Facebook
  • email
  • Print
(Vu 260 fois, 12 visites aujourd'hui)

- Espace membres - Copyright FHEDLES 2017 - Tous droits réservés - Création Effet i Média
Plan du site      Mentions légales      RSS