Des femmes ordonnées prêtres catholiques. Une nouvelle étape d’approfondissement communautaire (FHE)

Une femme française va être ordonnée à la prêtrise en juillet prochain à Lyon. Précisément dans cette ville où, pour la première fois, aucune ordination d’hommes n’est prévue en 2005. La pénurie de prêtres qui touche de nombreux diocèses de France et du monde atteint maintenant les grandes métropoles jusque-là épargnées. Ce paradoxe ne devrait-il pas inspirer une réflexion salutaire ?

Depuis trois ans, des communautés catholiques ont choisi de soutenir la démarche de femmes qui se préparent à la prêtrise : sans l’approbation de Rome, notamment en Allemagne et en Autriche, dix femmes ont déjà été ordonnées prêtres par des évêques catholiques, d’autres sont ordonnées comme diacres et deux comme évêques. Plus de cinquante candidates de par le monde sont prêtes à ce qu’elles appellent « une transgression de conscience ».

Peu à peu, les médias s’emparent des nouvelles. Un débat se développe dans les communautés croyantes aussi bien que dans la société civile qui cherche quant à elle à promouvoir toujours davantage les valeurs d’égalité et partenariat hommes/femmes. Impossible alors de ne pas constater le retard pris par l’Institution romaine, pouvoir clérical exclusivement masculin qui s’obstine à refuser tout dialogue avec les théologies féministes et à interdire les recherches. Les vœux émis pour le nouveau pontificat sont eux aussi marqués par un appel grandissant en faveur d’une refonte de la structure « sacerdotale » cléricale et de l’abandon définitif d’une misogynie devenue caduque.

Il n’est pas surprenant qu’après des années d’attente douloureuse et d’argumentation sérieuse, des catholiques, hommes et femmes, optent pour la  » transgression prophétique  » d’une ordination des femmes au sein d’une communauté ecclésiale nouvelle, internationale.
Mais d’autres marquent leur préférence pour des prises de responsabilités féminines progressives qui feraient évoluer de l’intérieur les structures traditionnelles, cherchant en priorité un nouveau rapport clerc/laïcs.
La diversité des voies choisies pour le changement peut étonner et parfois choquer..

Pour Femmes & Hommes en Eglise, ce qui se déploie aujourd’hui et va s’intensifier, constitue autant d’étapes rendues inévitables en raison de l’accélération des attentes chez les un/es et du refus péremptoire chez les autres.
Mais notre association – engagée depuis plus de trente ans pour la reconnaissance, par l’institution ecclésiale, de la pleine dignité et capacité des femmes, en co-responsabilité et partenariat avec les hommes – refuse de mettre en opposition les unes avec les autres les voies actuelles. Nous désirons au contraire leur éclairage et leur approfondissement mutuels.
Nous sommes convaincus/es qu’un renouvellement salutaire viendra de la mise en convergence des choix différents et nous appelons au respect et à la confiance nécessaire au dialogue.

Désirant contribuer à une mise en œuvre communautaire des efforts de discernement et d’approfondissement, nous invitons à un prochain colloque œcuménique et international de recherche et de témoignages :

Colloque International et œcuménique
Paris – 20 et 21 Janvier 2006

Femmes prêtres
Enjeux pour la société et pour les Eglises